LES SERVICES DE NEONATALOGIE

Dans 80% des naissances prématurées, les tout Minis restent hospitalisés de nombreuses semaines, plus d’un mois. Mais ils restent rarement tout le temps de leur hospitalisation dans le même service, avec les mêmes soignants…

Dans un précédent article nous avons évoqué les différents niveaux de maternité, mais il existe aussi plusieurs types de soins selon les services et nos tout minis sont amenés à déménager plusieurs fois dans les premières semaines de leurs vies car ils évoluent de service en service selon leur état de santé :

  • La maternité est le service des soins courants de type 1,
  • La néonatologie et les unités kangourous sont les services des soins de néonatologie de type 2A,
  • Les soins intensifs sont le service des soins intensifs de type 2B,
  • La réanimation néonatale est le service des soins de réanimation néonatale de type 3.

  • Et comme un monde à part, il existe aussi un service d’hospitalisation à domicile, une sorte de soins de suite, avec des visites quotidiennes des personnels médicaux et des équipements parfois lourds à gérer à domicile tel que le monitoring.

Pour aller plus loin, voici les prérogatives de chaque service en terme d’équipement, de personnel et de disponibilité.

Les soins de type 1 (maternité)


Les nouveau-nés concernés par les soins de type 1 :
>> les nouveau-nés prématurés de 36 SA et plus
>> les nouveau-nés de PN de 2 000 g et plus

Les objectifs des soins de type 1 sont :
>> d’assurer la surveillance des premiers jours de vie des nouveau-nés bien portants à la naissance ;
>> de promouvoir l’allaitement maternel ;
>> d’assurer une alimentation des nouveau-nés (y compris à la tasse);
>> de pratiquer les dépistages obligatoires ;
>> de dépister et prendre en charge les pathologies légères (hypocalcémie, hypoglycémie..);
>> de prendre en charge les ictères par photothérapie ;
>> de réchauffer transitoirement les nouveau-nés en couveuse ou en lit chauffant avec une surveillance de leur température ;
>> de repérer les troubles de l’attachement et les problèmes de vulnérabilité médico-psychosociale.

Les personnels de soins sont des pédiatres, des sages-femmes, des puéricultrices et des auxiliaires de puériculture. Les pédiatres doivent être disponibles 24 h / 24 et 7 jours / 7 en astreinte.

Ce type de soins correspond au type de base de toute maternité.

Les soins de type 2A (lits de néonatologie et unités kangourous)


Les nouveau-nés concernés et pathologie néonatale correspondant aux soins de type 2A sont :
>> les nouveau-nés prématurés de 34 SA et plus ; pour les unités-kangourou, l’âge gestationnel de 35 SA et plus est conseillé, ET
>> les nouveau-nés de PN de 1600 g et plus ; pour les unités-kangourou, le PN de 1800 g et plus est conseillé, OU
– les prématurés transférés secondairement (transfert descendant) avec âge corrigé > 33 SA et un poids > 1600 g (à confirmer selon services)
– le syndrome de détresse respiratoire modérée transitoire nécessitant la diffusion passive avec FiO2 < 30 % (pour SaO2 entre 90 et 95 %) (à confirmer)
– les nouveau-nés atteints d’apnée ;
– les nouveau-nés suspects d’infection, ou infectés et asymptomatiques ;
– les nouveau-nés ayant présenté une anoxo-ischémie et cliniquement normaux ;
– les nouveau-nés surveillés en raison d’une pathologie ou d’un traitement maternel particulier (bêtabloquants, barbituriques…) ;
– les nouveau-nés ictériques ne nécessitant pas d’exsanguino-transfusion ; >> les nouveau-nés ayant des difficultés d’alimentation (fente labiopalatine, trisomie 21…) ;
– les nouveau-nés ayant une hypocalcémie ou une hypoglycémie avec supplémentation IV (dont les enfants de mère avec diabète gestationnel);
– les syndromes de sevrage nécessitant la morphine ;
– les nouveau-nés nécessitant une transfusion ;
– les nouveau-nés en sevrage de nutrition parentérale sur cathéter périphérique.



En plus des objectifs des type 1, les objectifs spécifiques des soins de type 2A sont :
>> maintenir de façon continue les nouveau-nés en couveuse ou en lit chauffant avec une surveillance de leur température ;
>> de surveiller les contrôles de glycémie 24 heures sur 24 ;
>> de poser une sonde de nutrition entérale ;
>> de perfuser par voie périphérique ;
>> d’administrer des médicaments par voie orale ou parentérale (traitement anti-reflux, antibiotiques…) ;
>>
d’obtenir en urgence et 24 heures sur 24 des examens simples tels que glycémie, calcémie, radio de thorax… ;

Les objectifs plus spécifiques des unités-kangourous sont de maintenir la proximité mère-enfant avec l’hospitalisation conjointe du nouveau-né et de sa mère (dans la limite de 12 jours, qui peuvent être prolongés au-delà après accord avec les organismes d’assurance sociale).

Les ressources nécessaires aux soins de type 2A sont :
>> Lits : 2-3 lits / 1000 naissances du bassin de population. Pas moins de 6 lits (dérogation à 4 lits)
>> Matériels nécessaires et examens possibles
le maintien de l’équilibre thermique (incubateur fermé et ouvert ?)
– l’aspiration et la ventilation manuelle au masque
– l’administration de l’air et de l’oxygène à usage médical
– la pose de KTVO
– la perfusion automatisée
– la photothérapie
– la surveillance de l’hémodynamique
– l’alimentation continue de suppléance
– la surveillance continue de l’activité cardiorespiratoire (un dispositif pour deux lits)
– l’oxygénothérapie et au contrôle de la teneur en oxygène du mélange gazeux administré (un dispositif pour trois lits)
– un appareil de ventilation à partager éventuellement avec la salle de naissance (réglementaire) ; les dispositifs CPAP ne sont pas obligatoires en type 2A (voir document sur la SDR du RSN)
– le surfactant pour les centres éloignés
– le contrôle continu de la saturation en oxygène (un dispositif pour trois lits)
– prélèvement pour les examens bactériologiques, hématologiques et biochimiques
– les examens biologiques par microtechniques, disponibles 24 heures sur 24
– les examens des gaz du sang
– la radiographie conventionnelle réalisée par un appareil mobile
– un échographe pour le nouveau-né disponible dans l’établissement.

Les personnels nécessaires aux soins de type 2A sont :

· Puéricultrices avec une référence réglementaire de 1 pour 6 lits et par équipe.
· Auxiliaires de puériculture : le RSN recommande 1 AP pour 6 lits
· Pédiatres qui doivent être disponibles 24 h / 24 et 7 jours / 7 en astreinte.

Les soins de type 2B (lits de soins intensifs)

Les nouveau-nés concernés et pathologie néonatale correspondant aux soins de type 2B sont :
>> les nouveau-nés prématurés de 32 SA et plus, ET
>> les nouveau-nés de PN de 1200 g et plus, OU
– les prématurés transférés secondairement (transfert descendant) avec âge corrigé > 32 SA et un poids > 1200 g ;
– les nouveau-nés atteints de syndrome de détresse respiratoire transitoire nécessitant une CPAP avec FiO2 < 40 % pour SaO2 entre 90 et 95 % (possible aller-retour de surfactant dans certains centres) ;
– les nouveau-nés ayant présenté une anoxo-ischémie ne nécessitant pas une hypothermie (voir document RSN) ;
– les nouveau-nés avec pneumothorax sans drainage ;
– les nouveau-nés nécessitant une alimentation parentérale par cathéter veineux central (avec des solutés standardisés préparés industriellement), et une dérivation pour adaptation.

En plus des objectifs des type 1 et 2A, les objectifs spécifiques des soins de type 2B sont :
>> d’assurer, éventuellement de façon prolongée, une perfusion intraveineuse (y compris par cathéter central), une alimentation par sonde, ou une oxygénothérapie ;
>> de surveiller un état clinique non stabilisé.

Les ressources nécessaires aux soins de type 2B sont :
>> Lits : 1-2 lits / 1000 naissances du bassin de population.
>> Matériels nécessaires et examens possibles
– la surveillance continue de l’activité cardiorespiratoire (1 par lit)
– l’oxygénothérapie et le contrôle de la teneur en O2 du mélange gazeux administré (1 par lit)
– le contrôle continu de la saturation en oxygène (1 par lit)
– le surfactant
– la ventilation artificielle des premières heures (1 pour 3 lits + 1 pour la mise en condition)
– les cathéters centraux

Les personnels nécessaires aux soins de type 2B sont :
· Puéricultrices avec une référence réglementaire de è 1 pour 3 lits et par équipe.
· Auxiliaires de puériculture
· Pédiatres qui doivent être disponibles 24 h / 24 et 7 jours / 7 en garde sur place.

Les soins de types 3 (lits de réanimation néonatale)

Les nouveau-nés concernés et pathologie néonatale correspondant aux soins de type 3 sont :
>> les nouveau-nés prématurés < 32 SA, ET
>> les nouveau-nés de PN < 1 200 g, OU
>> toute pathologie grave.

En plus des objectifs des type 1 et 2A et 2B, les objectifs spécifiques des soins de type 3 s’adressent à tous les nouveau-nés malades non pris en charge dans les autres types.

Les ressources nécessaires aux soins de type 3 sont :
>> Lits : 0.5 à 1 lit / 1000 naissances du bassin de population.
>> Matériels nécessaires et examens possibles
– la perfusion automatisée (2 dispositifs par lit) ;
– la nutrition parentérale par cathéter veineux central avec des solutés standardisés (préparés industriellement), ou des solutés préparés en interne selon les règles d’asepsie stricte ;
– la ventilation artificielle de longue durée avec un appareil adapté au nouveau-né permettant le contrôle continu des débits et des pressions ventilatoires, muni d’alarmes de surpression et de débranchement et permettant également le contrôle continu de la teneur en oxygène du
mélange gazeux administré ;
– l’échographie Doppler cérébral et cardiaque du nouveau-né par un appareil mobile ;
– l’électroencéphalographie ;
– le NO ;
– les dispositifs d’hypothermie contrôlée.

Les personnels nécessaires aux soins de type 3 sont :

· Puéricultrices avec une référence réglementaire de 1 pour 2 lits et par équipe.
· Auxiliaires de puériculture
· Pédiatres qui doivent être disponibles 24 h / 24 et 7 jours / 7 en garde sur place.

Critères de prise en charge

Petite astuce pour aider votre bébé : personnalisez votre environnement, votre tout mini y sera sensible et son adaptation se fera plus rapide et moins énergivore à chaque nouveau déménagement.